- Recherche dans un titre ou par mot-cle :

Les amours de marins

Jean Villard dit "Gilles" - 1934 -



Ecoutez la chanson :



Gilles et Julien


Les marins, la mer immense
Et pas dessus le ciel gris
La vague roule en cadence
Adieu, la mer nous a pris
Le charbon est dans la soute
L'capitaine est sur le pont
Il a dit "en avant toute"
Et l'équipage lui répond

Refrain :
Brune ou blonde
Fine ou ronde
Nous avons dans chaque port
Corps et âme
Une femme,
Un tendre et  vivant trésor
Pour faire l'amour, cré nom de sort
Faut pas attendre d'être chez les morts

Hardi ! V'là qu'la mer est grosse
Elle accouch'ra ce matin
C'est l'vent du nord qui est en cause
Il la trousse comme un catin
Elle accouch'ra d'une baleine
Ou d'un troupeau de cachalots
Et demain, a s'ra de nouveau pleine
Le vent est un grand salaud

On descendra dans une île
Du côté de Tahiti
Où c'qu'y'a des beautés faciles
Qu'ont chacun un ouistiti
La nuit sous un ciel d'étoiles
On dénouera doucement
Et leur ceinture et leur voile
Si elle en ont, naturellement !

Puis après bien des années
Un beau soir cuit et recuit
Le coeur las, la peau tannée
La mat'lot revient chez lui
Et sur le plancher des vaches
Fixé cett' fois pour toujours
Il fum' sa pipe, fume et crache
En pensant à ses amours

Dernier refrain
Brune ou blonde
Fine ou ronde
J'ai connu  dans chaque port
Corps et âme
Une femme,
Un tendre et  vivant trésor
Adieu l'amour
Adieu le bord
Je peux fout' le camp chez les morts
































Cette chanson existe sur les CD suivants :

Gilles et Julien - 1932-1936

..
.