- Recherche dans un titre ou par mot-cle :

Le matelot de Nantes

Région nantaise -




Jean Noël, matelot de Nantes
 À sa femme disait un soir
 J'ai vu des choses étonnantes
Mais je ne veux plus les revoir
J'ai fait cinq fois le tour du monde
Sur des beaux vaisseaux à trois ponts
 Je sais qu'il fait chaud à Golconde
Mais qu'il fait froid chez les Lapons

 Refrain
Eh ! bien, de Singapour à Nantes
Mes yeux n'ont rien vu de si beau
Que notre enfant lorsque tu chantes
Pour l'endormir dans son berceau

Vers le Sud où le vent sommeille
J'ai vu sur les deux horizons
Des vaisseaux de la mer vermeille
Porter de l'or pour cargaison
; J'ai vu dans l'Inde, des gondoles
Où les esclaves du Sérail
Au lieu de gougeons et de soles
Pêcher la perle et le corail

J'ai vu la Chine, oui, je t'assure
Elle est couverte de chinois
Et les femmes dont la chaussure
Est une coquille de noix
J'ai vu la Chine toute pleine
De gros rubis de Bengador
Avec des tours en porcelaine
Et des temples aux tuiles d'or
 
Adieu la mer, oui, je débarque
Mettons-nous à l'abri des vents
J'étais sujet, je suis monarque
Auprès de ma femme, mon enfant
Dans l'alcôve, après mes voyages,
Où l'on trouve le plus doux climat.
Et le soir, au clocher du village
L'on dort bien mieux qu'au pied d'un mât

Refrain
Béni soit Dieu qui nous rassemble
 Auprès de notre enfant si beau
Nous chanterons le soir ensemble
Pour l'endormir dans son berceau
































..
.